Management stratégique

Et si la (RSE) Responsabilité Sociale était la condition minimale de la reprise d’entreprise ?
Parole d'expert
Jean-Pierre ROY

Directeur des Programmes BAC+4/+5, MSc & MBA, Professeur Associé aux Coopérations Ecole-Entreprise

Formation

MBA Businesseering – Management des Business models – IDRAC Business School
Doctorat Sciences de Gestion – Université Lyon 3

Contact

 

Créer une entreprise est un vrai challenge, en reprendre une déjà existante aussi mais cela permet de diriger plus rapidement. Il faut toutefois, se montrer prudent et patient pour bien choisir l’entreprise, l’acquérir dans de bonnes conditions et la prendre en main correctement.

Dans leur article de 2010, Sandrine Berger-Douce et Bérangère Deschamps(1) mettent en avant l’idée selon laquelle le processus « repreneurial » pourrait offrir l’opportunité d’instaurer une démarche RSE (Responsabilité Sociale de l’Entreprise).

Avec plus de 8 000 PME et ETI à reprendre chaque année, et avec du recul sur la pratique, il apparaît clairement que les enjeux politiques et socio-économiques vont de pair avec les logiques de la RSE : logique d’action basée sur la pérennité économique et logique de préservation des ressources en capital humain. La reprise d’entreprise semble vraiment être le moment opportun pour prendre en compte cette dimension RSE et mener une approche managériale complètement différente de son prédécesseur.

Quelles sont les principales conditions de ce succès ?

La motivation personnelle du repreneur pour la RSE est essentielle, mais plus encore, il faut savoir ce qui lui importe le plus : le souci de la pérennité ou le souci de la croissance, ou encore le bien-être de ses salariés. L’étude de ces deux chercheurs montre bien que la reprise est un moment clé pour la mise en place d’une démarche RSE, mais aussi que la posture RSE du repreneur est une condition nécessaire mais pas suffisante du succès de la démarche. Celle-ci doit s’appuyer sur le développement de processus d’action volontariste pour s’inscrire de manière naturelle et pérenne.

Cette problématique renvoie à un thème plus général, qui sera abordé dans le prochain billet d’expert, qui consiste à savoir s’il faut attendre ou non la stabilisation d’une reprise d’entreprise pour entamer un nouveau projet stratégique.

(1) https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00534800/document

Voir aussi, du même auteur  : Management stratégique – Le moment Stratégique

Pour aller plus loin …

La spécialisation « Management et stratégie des organisations » est proposée sur les campus de Bordeaux, Grenoble, Lyon, Montpellier, Nantes, Nice, Paris et Toulouse.

Elle est accessible après les pré-spécialisations Vente et gestion de projets, ou Finance et contrôle de gestion